« C’est presque une ville qu’on assassine » : des milliers de manifestants à Lannion contre les suppressions d’emplois chez Nokia

Entre 3 500, selon la police, et 5 000 personnes, selon la CFDT, ont manifesté samedi 4 juillet en fin de matinée à Lannion (Côtes-d’Armor) contre la suppression de 402 emplois sur le site de Nokia. Au total, le groupe prévoit de supprimer plus d’un millier d’emplois en France.

Pour lire la suite de l’article, cliquez sur le lien ci-dessous.

Source journal Le Monde : « C’est presque une ville qu’on assassine » : des milliers de manifestants à Lannion contre les suppressions d’emplois chez Nokia

Nokia Lannion : près de 5 000 manifestants

En réponse à l’annonce de 402 suppressions sur le site de Nokia Lannion, près de 5 000 personnes ont répondu à l’appel des organisations syndicales pour manifester leur opposition à ce projet dévastateur pour tout le bassin d’emploi. De nombreuses personnalités politiques locales et régionales se sont associées à ce mouvement.

Près de 5 000 manifestants se sont mobilisés ce samedi 4 juillet à Lannion.

Nokia : les salariés manifesteront pour leur emploi et l’avenir de la filière le 8 juillet à Paris

Le CSE-C (Comité social et économique central d’Alcatel-Lucent International – groupe Nokia) a été informé le 22 juin dernier du projet d’un nouveau plan social, prévoyant la suppression de 1 233 emplois en France, un quatrième plan social depuis que Nokia a racheté Alcatel-Lucent début 2016.

Nokia emploie 100 000 personnes dans le monde, dont un peu moins de 5 000 salariés en France. La filiale (qui a conservé le nom Alcatel-Lucent International) affectée par le plan social emploie 3 667 salariés à la fin avril : 772 à Lannion (22) et 2 895 à Nozay (91).

Le projet, s’il arrivait à son terme, constituerait donc une nouvelle saignée dans les effectifs, une amputation inédite de l’activité de Recherche et Développement de l’entreprise, mettrait en péril l’existence du site de Lannion et au-delà du périmètre de l’entreprise conduirait à un nouvel affaiblissement de l’industrie des télécommunications en France.
Les élus CFDT rejettent en bloc ce plan, nouvelle attaque contre l’emploi et les compétences en France dans un secteur qui n’a pas été impacté par le Covid-19, alors que les résultats économiques sont corrects, que la trésorerie nette reste positive. Ce plan est d’autant moins justifié qu’en prenant en considération le CIR, l’activité R&D est plus compétitive en France que dans la plupart des pays où l’activité va être transférée, que 800 embauches ont été faites sur les trois dernières années, que les clients pour la 4G/5G sont présents et qu’il est demandé aux salariés de travailler les samedis et dimanches !

Ce nouveau plan de suppression d’emplois et de délocalisations fait voler en éclats les engagements de maintien de l’activité R&D pris en 2015 par Rajeev Suri, PDG du groupe devant le Gouvernement français. En janvier 2019, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire avait exigé le maintien de la R&D en France et la pérennité des sites de Lannion (22) et Nozay (91).

La CFDT, à la tête de l’intersyndicale, multiplie les actions pour combattre ce plan dévastateur.

Une manifestation est organisée le :
Mercredi 8 juillet 2020
À 10h30
Départ : Métro Edgar Quinet
Arrivée : Ambassade de Finlande Place de Finlande 75007 Paris
Un seul mot d’ordre : retrait du projet de suppressions d’emplois !

Contacts :
Pascal Guiheneuf (Nozay 91), 06 64 04 27 04, pascal.guiheneuf@nokia.com
Bernard Trémulot (Lannion 22), 06 47 95 20 52, bernard.tremulot@nokia.com

 FGMM- Le 2 juillet 2020

Dire NON au plan de licenciements chez NOKIA le 4 juillet

Le 22 juin dernier, la direction de NOKIA France a annoncé un plan de suppression de1233 postes, dont 402 à Lannion. Ce plan est inadmissible !

La riposte s’organise pour démanteler ce funeste projet. Une première manifestation aura lieu le samedi 4 juillet à Lannion, sur le quai d’Aiguillon, de 10h30 à 13h00.

Toute la population du Trégor et au-delà est invitée à venir soutenir les salariés de NOKIA en lutte.

 

Image Wignz Suppression des effectifs