La filière automobile française doit coordonner le redémarrage des activités de la plus grande à la plus petite des entreprises du secteur

La CFDT fait un préalable à tout maintien ou reprise d’activité dans l’automobile, la garantie de la bonne mise en oeuvre des mesures barrières sanitaires du domicile au poste de travail pour les salariés du secteur. Elle estime qu’il ne peut y avoir de compromis sur ce point.


Pour la CFDT, les entreprises de premier rang que sont PSA, Renault, Toyota, Faurecia, Valeo… doivent être exemplaires, mais aussi veiller à ce que ces principes de sécurité sanitaire soient effectifs en amont et en aval de leurs activités. Les donneurs d’ordre de l’automobile doivent intégrer la sous-traitance dans leurs préoccupations.

PSA Rennes souhaite reprendre progressivement, le syndicat veut attendre la fin du confinement .

Le Groupe PSA avait annoncé la suspension de ses activités industrielles jusqu’au 27 mars 2020. Mais aujourd’hui, il pense sérieusement à retourner au travail. “Un calendrier de reprise progressive et sécurisée sera établi dans le cadre du dialogue social”, explique-t-il dans un communiqué.

Laurent Valy

 Des mesures sanitaires renforcées

En tenant compte de la crise sanitaire, le groupe veut mettre œuvre des « mesures sanitaires renforcées » et adaptées à chaque site. Il a déjà défini un protocole sanitaire de renforcement des gestes barrières avec l’appui des équipes médicales et notamment de son médecin référent pour toutes ses activités.

“Cette démarche, ajoute le groupe, prévoit la prise de température, le port du masque sur site, le respect des distances entre personnes dans les salles de réunion, à chaque poste ou dans les zones de pause avec marquage au sol.” Mais pas seulement, il envisage le maintien des portes ouvertes (sauf portes coupe-feu), le nettoyage et la désinfection des outils et surface de travail toutes les 60 minutes, l’allongement des pauses de 5 mn pour se laver les mains…

La direction des Ressources Humaines a présenté ce projet aux représentants des organisations syndicales qui y ont apporté leur propre contribution. “Nous ne ferons aucun compromis sur la santé de nos salariés”, explique Carlos Tavarès, président du Directoire. “Le redémarrage industriel nécessaire à la pérennité de l’entreprise ne se fera pas dans des conditions optimales. Notre combativité et notre force mentale collective sont autant d’atouts que nous mettons au service de nos concitoyens “

 Un avis différent chez le syndicat

“A Rennes nous sommes toujours sur une fermeture classique de site”, confie Laurent Valy, secrétaire de la section CFDT et du Comité social économique de PSA Rennes La Janais. “Hier, nous avons eu un une réunion où l’on nous a présenté tout le protocole sur notre usine. Mais ces règles n’ont pas été élaborées avec nous. Depuis la fermeture, nous n’avons pas eu d’échanges.”

Pour reprendre l’activité, le syndicat veut tenir compte de l’activité économique de son Groupe. “Avec nos cabinets d’expertise, nous sommes en train de regarder en long et en large la capacité financière de notre entreprise à “tenir” et à assurer la trésorerie. Pour l’heure, ce qui est certain, c’est qu’il n’y a pas encore d’urgence.”

Le syndicaliste voit toutefois d’un bon œil la reprise. “A un moment donné, il va bien falloir reprendre”, confie-t-il. “Il sera en revanche important de mener la réflexion sur ce que l’on doit mettre en place pour protéger les salariés.”  Pour l’instant, il est hors de question de redémarrer dans les prochains jours. “Pour moi, tant que le confinement est appliqué, j’aurais du mal à comprendre le retour des salariés dans notre usine.”

En revanche pas de rapport de force prévu avec son groupe pour le syndicaliste ! “Nous sommes pour la négociation d’un protocole de reprise d’activité progressive de notre site”, explique le syndicaliste. “Mais sous serons très vigilants sur la sécurité.  Car ce qui nous préoccupe, c’est la santé des salariés.” L’usine est fermée depuis le 17 mars.

La phrase du jour : “Nous en sommes conscients. Le groupe ne va pas pouvoir continuer comme cela pendant des mois. Ce serait utopique. Notre devoir de syndicaliste est de défendre les emplois et notre industrie. Mais notre priorité est d’abord la santé des salariés ! “Pour l’heure, deux usines pourraient reprendre, celle des moteurs (Française de mécanique Douvrin) et celle des boîtes de vitesses (SMAN à Valenciennes). Elles fabriquent des moteurs et des boîtes pour d’autres constructeurs.

Source : Rennes-Infos-Autrement

Ecrit par Jean-Christophe COLLET

Crédit photo : PSA RENNES

CORONAVIRUS : Les réponses à vos questions

Face à cette situation inédite, en tant que travailleurs et travailleuses, militants et militantes, vous vous interrogez sur vos droits, sur l’organisation de votre travail ou sur les droits et obligations de votre employeur. Cette foire aux questions peut vous apporter des premières réponses. Elle est rédigée et sera régulièrement enrichie grâce aux questions que vous nous posez. Certaines réponses pourront également être modifiées en fonction des évolutions de la situation et des mesures prises par le gouvernement.

Les réponses à vos questions :cliquez sur le lien ci-dessous.

CFDT-Coronavirus : les réponses à vos questions