La syndicalisation des jeunes, casse-tête syndical, selon un rapport du CNAM

La syndicalisation des jeunes est un véritable défi pour les organisations syndicales alors que la sortie des études et l’arrivée dans un emploi stable est de plus en plus tardive. Comment les syndicats s’y prennent-ils ? Quels moyens se donnent-ils ? En font-ils réellement une priorité ? C’est à ces questions qu’une équipe de chercheurs du CEET – CNAM a tenté de répondre.

Pour lire l’article complet, cliquez sur le lien ci-dessous.

Source : La syndicalisation des jeunes, casse-tête syndical, selon un rapport du (…) – Les clés du social

Interview : Quand le patronat dit qu’il faudra travailler plus longtemps, il est gonflé !

Publié le 09/09/2019

Laurent Berger était l’invité de Renaud Dely et Marc Fauvel sur France Info lundi 9 septembre. Outre les propositions et les positions de la CFDT pour un futur système de retraites plus juste et plus solidaire, il a abordé la question des urgences, des hôpitaux et le besoin urgent de moyens, la situation d’Aigles Aizur et du groupe Vivarte, … 

Pour lire l’article complet, cliquez sur le lien ci-dessous :

Source: https://www.cfdt.fr/portail/presse/la-cfdt-dans-les-medias/-interview-quand-le-patronat-dit-qu-il-faudra-travailler-plus-longtemps-il-est-gonfle-srv2_1008265

Renault : focus sur la signature d’un accord-cadre mondial sur la qualité de vie au travail – Les clés du social

Le groupe Renault a réédité le 9 juillet 2019 la signature d’un accord-cadre mondial, intitulé « Construire ensemble le monde du travail au sein du Groupe Renault », après celui du 2 juillet 2013 qui a affirmé l’engagement de respect des droits fondamentaux dans une perspective de RSE. (…)

Pour lire l’article complet, cliquez sur le lien ci-dessous :

Source : Focus sur la signature d’un accord-cadre mondial sur la qualité de vie au (…) – Les clés du social

Rémunérations conventionnelles Côtes d’Armor : la CFDT signe avec dépit les barèmes 2019

Cette année encore, les négociations sur les rémunérations conventionnelles, salaires annuels minimums et barème RMH, auront été difficiles dans la métallurgie des Côtes d’Armor.

La CFDT n’arrive pas à comprendre, d’une part avec le contexte social du début d’année, d’autre part avec la difficulté des entreprises à recruter sur certains métiers, la volonté persistante de l’UIMM 22 à :

  • Appliquer un taux unique (1,8%) pour la revalorisation des salaires minimums annuels, ce qui avantage les plus hauts salaires,
  • Accorder un taux de revalorisation (0,044%) de l’indice RMH (calcul de la prime d’ancienneté) en gros égal au quart de l’inflation.

Toutefois, la CFDT étant consciente que sans sa signature aucun accord ne peut être appliqué, elle a finalement apposé sa signature sur les deux avenants afin de ne pas pénaliser les salariés de la métallurgie des Côtes d’Armor.

Les nouveaux avenants sont consultables ici.