Archives de catégorie : Actualités

Coup de tonnerre sur Nokia – tv-tregor

Image tv-trégor. Nokia : le coup de massue

Alors que les salariés de Nokia venaient d’être félicités pour le bon travail accompli pendant la période de confinement, une annonce leur est tombée dessus en ce début d’été comme un coup de massue : 1 233 postes vont être supprimés en France, dont 402 à Lannion (sur un effectif de 772 salariés). La R&D serait littéralement laminée avec 380 suppressions de postes.

Pour lire l’article complet, cliquez sur le lien ci-dessous.

Source : Coup de tonnerre sur Nokia – tv-tregor.com

tv-tregor.com : la Web TV participative de l’ouest des Côtes d’Armor, du Trégor.

Nokia : un nouveau plan social inacceptable !

Les chiffres sont tombés lundi 22 juin, lors d’un CSE-C extraordinaire : 1233 postes de supprimés dans la filiale française Alcatel-Lucent International : 402 postes à Lannion et 831 sur le site de Paris-Saclay.

Ce 4ème PSE de l’ère Nokia est d’une violence inouïe. S’il devait arriver à son terme, ca serait l’arrêt de mort du site de Lannion qui passerait alors sous la barre des 350 salariés. Ce serait une catastrophe non seulement pour la ville de Lannion mais aussi pour tout le Trégor, et même au-delà.

Ce plan social est incompréhensible dans la mesure où il s’attaque majoritairement au secteur  R&D, en plein boom de développement de la 5G. Et cela après les félicitations adressées par la direction aux salariés en télétravail qui n’ont pas ménagé leurs efforts pendant la crise du COVID 19.

Ce plan social est une trahison vis-à-vis des salariés qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour relever les challenges, et en particulier vis-à-vis des plus jeunes. C’est aussi une trahison vis-à-vis des responsables politiques trégorrois qui n’ont pas ménagé leurs efforts ces dernières années pour maintenir l’attractivité du territoire.

Pour les salariés réunis devant les grilles de l’établissement de Lannion les 23 et 24 juin, la colère et l’envie de se battre succèdent à l’abattement du 1er jour. Les organisations syndicales ont d’ores et déjà prévu une manifestation à Paris le 8 juillet.

24 juin 2020 : Les salariés de Nokia devant le site de Lannion
Les salariés de Nokia Lannion devant les grilles de l'établissement le 24 juin 2020

La CFDT s’oppose à un plan de réduction des coûts opportuniste et dangereux pour le groupe Renault en France

Déclaration et analyse de la CFDT Renault, lors du CCSE du 16 juin 2020 lors de la remise des dossiers sur le projet de réduction des coûts de 2,15 milliards d’€ sur 3 ans.

Le président du groupe, M.Sénard a annoncé, « avec conviction » (c’est son propos) vouloir déployer (je cite là encore ses propos lors de son audition du 11 juin 2020 à la Commission Economique du Parlement), « un plan de vitalisation et de pérennité de l’entreprise, basé sur le
dialogue social et l’intelligence collective».

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce plan n’est pas et n’a jamais été basé sur le dialogue social, ni sur l’intelligence collective ! Il est issu de la réflexion de quelques « premiers de cordée » visiblement prêts à arranger la vérité, sur les capacités de nos sites par exemple, tout en organisant des fuites dans la presse et en se plaignant de la lourdeur et des risques de délit d’entrave dans le cadre du respect des instances telles que les CSE ou CCSE (là encore je cite les propos de M.Sénard lors de son audition publique).

Dans le même registre, si nous partageons et portons la volonté d’organiser des concertations de parties prenantes au niveau des bassins d’emplois impactés par votre plan d’économie,comme cela a été lancé à Maubeuge le 10 juin dernier, le résultat de cette première réunion a ressemblé à tout sauf à une concertation des parties prenantes. Nous avons assisté, hélas, à une« discussion de comptoir du café du commerce », sans objectif, sans mandat des interlocuteurs
Renault, sans calendrier, sans règle, bref, sans la rigueur qu’impose ce type d’exercice ! Le résultat a été plus dévastateur que l’objectif de co-construction recherché, à savoir un projet industriel solide pour MCA après 2023 !

Pour lire l’article complet ,cliquez sur le lien ci-dessous:

déclaration CCSE 16 juin 2020

Renault : la CFDT dénonce le projet de réduction des coûts sur trois ans.

Un projet de casse sociale et de dé-industrialisation.

La CFDT Métallurgie dénonce ce plan construit sur trois piliers : ingénierie, maitrise des coûts fixes et de fonctionnement, manufacturing.

Comment construire un plan de cette ampleur alors que la stratégie de l’entreprise ne sera dévoilée qu’en septembre 2020 au plus tôt !?

Sur le volet manufacturing, ce plan est irréaliste et opportuniste au moment d’une crise sanitaire qui n’est pas terminée. Par ailleurs, il s’établit sur des bases de réflexions qui à notre sens sont erronées et maximalistes pour faire passer la pilule. Ce projet est déséquilibré aux dépens de la France, au regard des efforts consentis par les autres pays où le groupe est installé.

La CFDT a revendiqué dès le début que ce dossier soit construit et discuté sur les bases d’un réel dialogue social.

C’est le seul point positif de la soirée que de prendre conscience que le dialogue social devient indispensable pour imaginer l’avenir.

La CFDT a entamé des démarches avec les autres organisations syndicales qui le souhaitent pour demander des expertises sur les sites concernés. Nous sommes en capacité de faire des propositions alternatives, comme nous l’avons fait en 2013 (pour 820 000 véhicules) et plus récemment en 2019 pour le site de Villeurbanne qui renaîtra en août 2020 avec de nouvelles activités et un corps social indemne.

La co-construction et l’intelligence collective sont, dans une période de crise, les seules solutions pour sortir par le haut.

La CFDT se fera entendre par tous les moyens possibles pour aboutir à des solutions compatibles avec le respect des salariés et l’avenir de tous les sites de Renault en France.