Fonderie de Bretagne : la construction de l’avenir est lancée, la CFDT veut y contribuer

Contacts :
Franck Daoût, Délégué syndical central, 06 81 92 33 02
Sébastien Lozevis, 06 64 43 22 56

Dans le cadre d’une sixième réunion stratégique, la CFDT a pu faire des propositions d’activités de diversification, pour l’usine Fonderie de Bretagne, fondées à la fois sur l’expérience d’autres sites et sur des marchés potentiels identifiés par des représentants de l’État. Sa démarche est d’ouvrir de nouvelles opportunités pour le site et ses 350 salarié.e.s au sein du groupe Renault.

La CFDT salue de travail d’analyse mené en interne sur les opportunités de réduction des coûts, en particulier le « lit de fusion ». Entre réduction du prix d’achat des matières premières, réduction des consommations et modification des process, preuve est faite que la remise à niveau de l’usine des Fonderies de Bretagne est tout sauf simple, et ne pourra se faire qu’avec un engagement de tous les acteurs du corps social.

Le rapport d’étude de la société de conseil Advancy rappelle, la complexité de la situation et le besoin de diversité nécessaire au-delà de l’unique marché automobile. Les pistes de développement sont cohérentes en particulier vers le poids lourd.

Enfin, le retour vers la compétitivité dépend de différents leviers, la aussi clairement identifiés, en faisant appel à  la fois à des réductions de coût, mais surtout à l’apport de nouvelles compétences permettant au site de fonctionner de manière plus autonome en valorisant la diversité et en accueillant de nouveaux clients extérieurs.

En synthèse, l’augmentation de volume ne suffira pas à elle seule à atteindre l’équilibre, il faudra optimiser le fonctionnement du site, réduire les coûts et s’appuyer sur tout le potentiel humain qui existe réellement à la  Fonderies de Bretagne.

La CFDT prendra la place qui est la sienne pour relever ce challenge d’innovation sociale et industrielle, comme elle l’a fait par le passé sur tout le groupe.