La CFDT s’oppose à un plan de réduction des coûts opportuniste et dangereux pour le groupe Renault en France

Déclaration et analyse de la CFDT Renault, lors du CCSE du 16 juin 2020 lors de la remise des dossiers sur le projet de réduction des coûts de 2,15 milliards d’€ sur 3 ans.

Le président du groupe, M.Sénard a annoncé, « avec conviction » (c’est son propos) vouloir déployer (je cite là encore ses propos lors de son audition du 11 juin 2020 à la Commission Economique du Parlement), « un plan de vitalisation et de pérennité de l’entreprise, basé sur le
dialogue social et l’intelligence collective».

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce plan n’est pas et n’a jamais été basé sur le dialogue social, ni sur l’intelligence collective ! Il est issu de la réflexion de quelques « premiers de cordée » visiblement prêts à arranger la vérité, sur les capacités de nos sites par exemple, tout en organisant des fuites dans la presse et en se plaignant de la lourdeur et des risques de délit d’entrave dans le cadre du respect des instances telles que les CSE ou CCSE (là encore je cite les propos de M.Sénard lors de son audition publique).

Dans le même registre, si nous partageons et portons la volonté d’organiser des concertations de parties prenantes au niveau des bassins d’emplois impactés par votre plan d’économie,comme cela a été lancé à Maubeuge le 10 juin dernier, le résultat de cette première réunion a ressemblé à tout sauf à une concertation des parties prenantes. Nous avons assisté, hélas, à une« discussion de comptoir du café du commerce », sans objectif, sans mandat des interlocuteurs
Renault, sans calendrier, sans règle, bref, sans la rigueur qu’impose ce type d’exercice ! Le résultat a été plus dévastateur que l’objectif de co-construction recherché, à savoir un projet industriel solide pour MCA après 2023 !

Pour lire l’article complet ,cliquez sur le lien ci-dessous:

déclaration CCSE 16 juin 2020