Nokia : un nouveau plan social inacceptable !

Les chiffres sont tombés lundi 22 juin, lors d’un CSE-C extraordinaire : 1233 postes de supprimés dans la filiale française Alcatel-Lucent International : 402 postes à Lannion et 831 sur le site de Paris-Saclay.

Ce 4ème PSE de l’ère Nokia est d’une violence inouïe. S’il devait arriver à son terme, ca serait l’arrêt de mort du site de Lannion qui passerait alors sous la barre des 350 salariés. Ce serait une catastrophe non seulement pour la ville de Lannion mais aussi pour tout le Trégor, et même au-delà.

Ce plan social est incompréhensible dans la mesure où il s’attaque majoritairement au secteur  R&D, en plein boom de développement de la 5G. Et cela après les félicitations adressées par la direction aux salariés en télétravail qui n’ont pas ménagé leurs efforts pendant la crise du COVID 19.

Ce plan social est une trahison vis-à-vis des salariés qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour relever les challenges, et en particulier vis-à-vis des plus jeunes. C’est aussi une trahison vis-à-vis des responsables politiques trégorrois qui n’ont pas ménagé leurs efforts ces dernières années pour maintenir l’attractivité du territoire.

Pour les salariés réunis devant les grilles de l’établissement de Lannion les 23 et 24 juin, la colère et l’envie de se battre succèdent à l’abattement du 1er jour. Les organisations syndicales ont d’ores et déjà prévu une manifestation à Paris le 8 juillet.

24 juin 2020 : Les salariés de Nokia devant le site de Lannion
Les salariés de Nokia Lannion devant les grilles de l'établissement le 24 juin 2020