Quand Thales baisse le pouvoir d’achat de ses salariés et se désengage de la vie locale.

Depuis le 1er Janvier 2018 le groupe Thales a décidé une importante restructuration de ses entités juridiques avec un impact sur le site de Brest : fusion en une seule entité Thales Defense Mission System de l’ex Thales Systèmes Aéroportés et Thales Underwater Systems.

Cette fusion a également eu pour conséquences de provoquer un cycle de négociations entre la direction et les organisations syndicales représentatives dont la CFDT afin de d’harmoniser les différents statuts des salariés.
Le budget des CE (futur CSE) et donc le pouvoir d’achat des salariés sont devenus un point de blocage depuis plusieurs mois entre les négociateurs.
Si aucun accord n’était signé au 13 juin, les salariés de l’ensemble du site de Brest pourraient voir leur pouvoir d’achat amputé jusqu’à 430 000€. Ce serait donc autant de moins que les salariés ne dépenseraient pas pour leurs activités sportives, culturelles et associatives.

La CFDT déplore qu’une entreprise et un groupe largement bénéficiaires , 119 Millions d’€ en 2018 pour Thales Defense Mission System et 1,7 Milliard d’€ pour le Groupe Thales, ne soient pas en mesure de maintenir le pouvoir d’achat de ses salariés et leurs engagements dans le tissu sportif, culturel et associatif local.

La CFDT a fait depuis des mois des propositions mesurées. Elle demande un retour à des logiques humaines et équilibrées en lieu et place de logiques strictement financières.